Chronique – La Femme gelée, Annie Ernaux


Littérature / dimanche, décembre 30th, 2018

Voici une chronique que j’ai rédigée sur le roman La Femme gelée d’Annie Ernaux (Éditions Gallimard, 1981), initialement parue dans la rubrique « Cartouches » de la Revue Ballast.

Elle avait tout. Elle était une enfant désirée, aimée, attendue. Une enfant qui avait pu développer son imaginaire, laissée libre de vivre, libre d’apprendre, dont les parents avaient su accueillir l’impertinence et la nouveauté. Une petite fille élevée dans un flou relatif quant aux injonctions du genre, gardant les horizons de ses élans bien ouverts, et la possibilité de créer. Elle était engagée dans ses études, orientée vers le point de fuite du savoir, vers la littérature. Devenue jeune femme, elle avait tout pour trouver le principe de son existence en elle-même. Et pourtant. Et pourtant elle a été attrapée, rattrapée, dévorée. C’est insidieusement que l’ordre social s’introduit, que petit à petit il s’immisce, venant contaminer une liberté. Dans la douceur des après-midi entre copines, on parle de garçons, de garçons seulement ; ces êtres désirables polarisent notre énergie, médiatisent notre être. Et puis vient cet homme, qui nous plaît bien, et après tout pourquoi pas, puisque les autres font comme ça… On se marie. Spirale de la vie familiale. Force de l’institution. La pulsation n’est plus la nôtre. S’oublier au point de faire un enfant. Le temps nous échappe. Adieu le désir. Panne de sens ? Faire un nouvel enfant. Dans ce roman autobiographique, Annie Ernaux reconstitue a posteriori la ligne de son mouvement intérieur et débusque, avec un courage et une sensibilité immenses, les forces de rappel qui l’ont faite dévier vers une trajectoire sociale balisée et aliénante. L’authenticité radicale qui imprègne La Femme gelée brise bien des tabous sur le couple et la maternité et donne à ce livre une charge subversive susceptible de provoquer des déflagrations dans bien des vies de femmes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *